Archives de catégorie : Article de presse

Comment Québec veut mieux protéger nos aînés? Entrevue avec la ministre Francine Charbonneau et Louis Plamondon

Combattre la maltraitance des aînés

Les histoires de maltraitance des aînés défraient régulièrement les manchettes. Ce sont des histoires d’abus physiques, psychologiques, qui donnent souvent froid dans le dos. Il y a aussi une autre forme d’abus qui est malheureusement de plus en plus fréquente : l’abus financier des aînés qui sont à risque. Québec a présenté aujourd’hui son deuxième plan de lutte contre la maltraitance des aînés, un plan d’action de 52 mesures, qui s’échelonnera sur six ans. Il est accompagné d’une enveloppe de 46 millions de dollars et il fait suite à une première stratégie qui avait été lancée en 2010.

Entrevue avec :

  • Francine Charbonne, ministre responsable des Aînés, Québec
  • Louis Plamondon, sociologue, juriste et activiste pour les droits des aînés

Cliquer pour lire la vidéo de l’entrevue sur le site de ici radio canada – Édition du jeudi 15 juin 2017

http://ici.radio-canada.ca/tele/24-60/site/segments/entrevue/27819/maltraitance-financiere-physique-aines?isAutoPlay=1

Une très mauvaise surprise pour les Québécois de 65 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – PUBLICATION IMMÉDIATE

Une très mauvaise surprise pour les Québécois de 65 ans

2 485 $ de moins dans leurs poches au cours de la période 2016-2021

Saint-Georges, le 14 février 2017 – «L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées Beauce-Etchemins (AQDR-BE), condamne fermement la décision que le gouvernement de Philippe Couillard a pris dans le cadre de son budget 2015-2016 concernant la hausse graduelle de l’âge d’admissibilité du crédit d’impôt à l’égard des personnes aînées» a déclaré le président de l’AQDR Beauce-Etchemins, M. André Côté.

De quoi s’agit-il exactement?

Le gouvernement Couillard, dans la cadre de son budget d’austérité adopté en 2015-2016, a haussé en catimini l’âge d’admissibilité au crédit d’impôt en raison de l’âge que le gouvernement du Québec accordait depuis 1972 aux personnes âgées de 65 ans et plus.

«Passé sous le radar de la politique d’austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard, cette coupe fiscale prévoit une hausse graduelle de l’âge de l’admissibilité au crédit d’impôt jusqu’en 2021. Ainsi, pour l’année 2017, ce crédit d’impôt perdu pourra atteindre 497$ par personne aînée soit au bout de 5 ans en 2021, la jolie somme de 2 485 $ par personne aînée», de dire le président Côté.

De 65 à 70 ans

«C’est ainsi que toute personne aînée du Québec qui a eu 65 ans en 2016, donc née en 1951, devra maintenant attendre en 2017 avant de pouvoir bénéficier de ce crédit d’impôt en raison de son âge« a ajouté M. Côté.

Pour l’année 2017, les personnes nées en 1952 devront quant à elles, attendre d’avoir 67 ans avant de profiter de ce crédit d’impôt, soit en 2019 au lieu de 2017. Elles perdent donc deux ans de crédit d’impôt par l’application de cette nouvelle mesure fiscale (497$ X 2=994$).

Et ainsi de suite… Les personnes nées en 1953 devront attendre d’avoir 68 ans avant de profiter de ce crédit d’impôt, soit en 2020 au lieu de 2018. Elles perdent donc trois ans de crédit d’impôt (497$ X 3=1491$).

Et ainsi de suite… Les personnes nées en 1954 devront attendre 69 ans avant de profiter du crédit d’impôt soit en 2021 au lieu de 2019. Elles perdent donc quatre ans avant de profiter du crédit d’impôt (497$ X 4=1988$).

Et ainsi de suite…Les personnes nées en 1955 devront attendre l’âge de 70 ans afin de profiter du crédit d’impôt soit en 2025 au lieu de 2020. Elles perdent donc cinq ans avant de profiter du crédit d’impôt (497$ X 5= 2485$).

Et enfin, tous les autres personnes nées en 1956 et après 1956, pourront bénéficier de ce crédit d’impôt dès qu’elles auront atteint l’âge respectable de 70 ans

«L’âge d’admissibilité au crédit d’impôt en raison de l’âge passera ainsi de 65 à 70 ans. La conséquence financière de cette hausse graduelle de l’âge de l’admissibilité à ce crédit d’impôt sera donc que toutes les personnes ainées nées à partir de 1951, perdront d’ici 2021, près de 300 millions de dollars en crédits d’impôt. Ce sont donc les personnes aînées à faible et modeste revenus du Québec qui seront les plus touchés par cette mesure inique d’austérité budgétaire du gouvernement de Philippe Couillard.

N’y a t-il pas là quelque chose de parfaitement immoral pour les élus du Parti libéral du Québec, grassement rémunérés à même nos taxes et nos impôts, à avoir adopter une mesure aussi injuste envers les personnes les plus vulnérables de notre société. Il y a là de quoi nous indigné fortement et de crier à l’injustice», a précisé le président Côté

Où était la Ministre des aînés Francine Charbonneau lors de l’adoption de cette mesure inique?

Où était la ministre responsable des personnes aînées, madame Francine Charbonneau, députée de la circonscription électorale de Milles-Îles, lors de l’adoption par le gouvernement de Philippe Couillard, de cette mesure particulière qui porte atteinte aux conditions économiques des personnes aînées du Québec? Où était-elle lors de l’adoption de cette mesure qui fera perdre à un couple de retraités un montant de 1 000$ par année?

Que fera le gouvernement Couillard avec l’argent économisé sur le dos des personnes aînées?

Selon le ministre des finances Carlos Leitao, cet argent qui sera économisé sur le dos des personnes aînées serait entièrement utilisé pour financer la bonification de l’incitation au travail à l’égard des travailleurs d’expériences âgés de 63 ans ou plus. Ainsi de conclure M. Côté président de l’AQDR Beauce-Etchemins «le gouvernement Couillard a décidé d’appauvrir Ti-Jean pour enrichir Ti-Paul».

-30-

Source: AQDR-Beauce-Etchemins 418 222-0000


Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées

12427, 1ière Avenue, suite 319, Saint-Georges (Québec) G5Y 2E3

418 222-0000 / www.aqdrbeauce.com / aqdrbe@hotmail.com

Loi sur la maltraitance – Modifications insuffisantes apportées au projet de loi

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Publication immédiate

Loi sur la maltraitance

Modifications insuffisantes apportées au projet de loi

Saint-Georges, le 7 avril 2017 –L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) Beauce-Etchemins, accueille favorablement les modifications apportées par la ministre des Personnes aînées au projet de loi visant à lutter contre la maltraitance. Ce projet de loi, qui avait été déposé au mois d’octobre dernier, ne tenait pas compte d’un aspect fondamental pour assurer la sécurité des aînés en situation de vulnérabilité : le signalement obligatoire des cas de maltraitance. Or, la ministre des Aînés a entendu les organismes et acteurs ayant exigé cet outil essentiel pour agir contre la maltraitance et propose maintenant des amendements intéressants
«On ne peut jamais en faire trop pour assurer la sécurité des personnes aînées en situation de vulnérabilité. C’est pourquoi nous croyons que la dénonciation obligatoire lancera un message clair. La maltraitance envers les aînés est inacceptable et nous devons y mettre fin», a déclaré la responsable des communications à l’AQDR Beauce-Etchemins, madame Hélène Morin.

Encore beaucoup de travail à faire

D’une part, les modifications sont claires en ce qui concerne les personnes aînées en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou toute personne en tutelle ou en curatelle ou à l’égard de laquelle un mandat de protection a été homologué. Toutefois, les amendements entretiennent un flou pour les autres personnes aînées, à domicile ou en résidence. En effet, le gouvernement se réserve, par règlement, le pouvoir d’étaler cette obligation de dénoncer, mais sans donner plus de détails.

«Il va falloir éviter de créer deux classes de personnes aînées vulnérables, ceux qui sont protégés en établissement et ceux qui ne sont pas protégés à l’extérieur des CHSLD. Imaginez une personne sur une liste d’attente pour un place en CHSLD. Pendant combien de temps peut-elle se retrouver vulnérable au sens de la loi, mais sans être protégée», de dire madame Morin.

Où sont les sanctions?

Par ailleurs, l’AQDR Beauce-Etchemins déplore l’absence de sanctions pénales qui donneraient un sens concret à l’obligation de signaler. Dans sa facture actuelle, le signalement doit être fait au commissaire local aux plaintes de l’établissement et les pénalités relèveraient de la prérogative de l’employeur.
«Un cas de maltraitance se produit dans un établissement, la plainte se gère dans l’établissement et les sanctions sont déterminées par l’établissement. À notre avis, les plaintes pour les situations aussi délicates devraient être traitées par un organisme indépendant», d’ajouter madame Morin.
Enfin, «l’AQDR Beauce-Etchemins salue l’ouverture de la ministre dans le dossier de la maltraitance. Ces travaux démontrent qu’il est possible, collectivement, d’apporter des changements significatifs pour résoudre des problèmes de société«, de conclute madame Morin.

-30-
Renseignements additionnels
AQDR Beauce-Etchemins
Téléphone : 418 222-0000
Courriel : aqdrbe@hotmail.com


Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées

12427, 1ière Avenue, suite 319, Saint-Georges (Québec) G5Y 2E3

418 222-0000 / www.aqdrbeauce.com / aqdrbe@hotmail.com